Derniers sujets
» Présentation des membres
par Jean-Marc Dim 29 Juin - 12:48

» Fruit Ninja sur playstation vita, accessible ou non
par Jean-Marc Dim 29 Juin - 12:31

» Raids of Nohosphere
par acreplume Mer 18 Juin - 11:36

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Partenaires

créer un forum

      


Metal Gear Solid

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Metal Gear Solid

Message  Sowilo le Mar 28 Fév - 19:45

Sortie : 1999
Genre : Action, Infiltration
Support testé : Playstation
Existe aussi sur : PC, Playstation3 sur le Playstation Store (mais je ne sais pas si cette version est doublée en français)
PEGI : 18+
Résumé de l’accessibilité : Mal-voyants uniquements.

Accessibilité

Attention, à réserver aux plus aventureux, mais en ce qui me concerne, j’y suis arrivé, non sans besoins de quelques coups de mains indicatifs lors de la découverte de certains passages. Aussi, peut être que ce forum peut servir d’entre aide à qui serait tenté par l’aventure.
Pour ceux qui l’ignorent, Metal Gear Solid est un célébrissime jeu d’aventure action placé sous le signe de l’infiltration. Votre tâche comme agent secret n’est donc pas de vous avancer tel un super soldat invulnérable et de dégommer tout ce qui s’oppose à vous, mais de vous faire discret, invisible, et de progresser ainsi sans attirer l’attention autant que faire ce peut.
Votre arme majeure, surtout à vous qui ne brillez pas par votre nyctalopie surhumaine, le radar. En effet, dans le coin supérieur droit de l’écran est affiché pendant la majorité du jeu un radar très évolué qui retrace sous forme de très clairs sur fond sombre les contours de votre environnement immédiat, avec, surtout, les positions en temps réelles des gardes présents et leur champ de vision matérialisé par un cône de lumière. Un test important sera donc de voir si vous vous en sortez avec ce radar qui vous sera d’un secours quasi salutaire. Malheureusement ça ne suffit pas, car plusieurs scène vous privent de ce gadget ou vous mettent fasse à des boss qu’il faudra bien appréhender un minimum pour pouvoir vaincre, mais là, malheureusement, il faudra procéder au cas par cas. Des passages resteront plus ou moins cotons quoi qu’il arrive je pense, mais avec quelques explications…
Une séquence particulièrement bloquante vous demande de vous faufiler entre des rayons infra rouges, ce qui pour moi a été le pire, réduit à y aller au pif jusqu’à ce qu’un jour ça marche. Heureusement les décors d’époque n’offraient pas encore de jeux d’ombres et de lumières aussi prononcés qu’aujourd’hui.
De plus, vous disposez d’un codec, téléphone avec vidéo par lequel vous êtes toujours en lien avec plusieurs personnages de soutiens, qui ne manqueront pas, à force de parler, de vous dégrossir une situation nouvelle plus qu’ils ne le croient.
Pour les scènes d’action, la visée n’est pas compliquée, il suffit d’être tourné globalement dans la bonne direction pour que Snake fasse le reste. Seul le fusil sniper demande vraiment de viser, mais il n’est obligatoire qu’à 2 reprises, qui sont faisable avec un peu de patience si vous vous en êtes sorti avec le reste.
Une autre technique pour tricher un peu et de se procurer une sauvegarde de quelqu’un qui a terminé le jeu et a débloqué la possibilité de se rendre invisible et d’avoir des munissions illimités, ce qui enlève pas mal d’épines du pied, notamment pour l’affaire des rayons infra rouges d’ailleurs. Etant donné le succès de ce jeu, trouver un autre possesseur ne semble pas insurmontable, encore faut-il qu’il ait gardé ses sauvegardes.
Donc, si vous comprenez visuellement le radar et que le reste de l’écran ne vous perd pas vraiment complètement, tentez l’aventure, elle en vaut mille fois le détours.

Le jeu

Troisième volet des Metal Gear, Metal Gear Solid a véritablement marqué son temps et a quasiment lancé la mode des jeux d’infiltration tels qu’ils existent encore. Que voulez-vous, avec un gameplay aussi intéressant et soigné, surmonter d’un scénario et d’une mise en scène qui pourrais justifier à lui seul l’achat du jeu, on a un must, un vrai, dont les suites continuent encore de faire très fort.

Comme on l’a déjà évoqué, vous incarnez Solid Snake, que vous suivez avec une caméra généralement placé au dessus. En courant, rampant, frappant ou en utilisant de nombreuses armes et objet, vous devez mener à bien votre longue et complexe mission au travers de situations vraiment variées. Vous disposez d’un inventaire déroulant pour les armes et un pour les objets, et vous n’avez bien sûr que 2 mains à remplir. Impossible de résumer ici toutes les possibilités, cela serait long et gâcherait en partie la découverte.

L’histoire est d’une grande complexité, et le point de départ dispose d’une section briefing dédiée qui dure déjà un petit moment. Il faut être assez attentif pour tout suivre mais il serait sacrilège de s’en priver. Pour résumer en très très large, vous êtes envoyé sur une petite île militaire au large de l’Alaska, sur laquelle une section s’est rebellé pendant un exercice assez mystérieux. Ayant 2 otages haut placés, ces terroristes demandent qu’on leur remettent les restes génétiques du Big Boss, le meilleurs soldat que la terre ait porté, et dont la disparition à eu un lien avec Snake dans le tout premier jeu de la saga. S’ils ne sont pas satisfaits, ils disent avoir la capacité de tirer un missile nucléaire sur Washington, capacité qu’il vous incombe entre autre de prouver. Le leader de cette attaque terroriste est Liquid Snake, un homme qui en plus de partager le nom de code de notre héro, a d’incontestables mais inexplicables ressemblances physique avec ce dernier. Ca n’est qu’un aperçu du point de départ de cette histoire de fou qui, rassurez-vous, s’éloignera bien vite du plan du super américain lancé à la traque de méchants terroristes. Nous sommes dans un futur proche, il faut s’attendre à quelques éléments relevant assez de la science fiction, voir du fantastique parfois. Il y a des heures de cinématiques et de dialogues, beaucoup de personnages avec chacun leur histoire, de vrais moments d’anthologie, bref, une vraie expérience aussi bien vidéo ludique que cinématographique, avec son lot de réflexions sur la guerre, les sciences et autres sujets savamment abordés dans ce contexte fictionnel très fortement encré dans la réalité.

Anecdote personnelle, en trichant comme un fou pour aller vite, j’ai fait le jeu avec un ami non voyant juste pour l’histoire et il s’est régalé.

Le jeu est le seul de la saga à être doublé en français. Le doublage, certes parfois discutable mais à mon sens jamais gênant, à tellement été critiqué qu’il n’en a pas falu plus a Konamy pour ne pas investir une autre fois là dedans. Un débat intéressant mais pour cette fois au moins, nul besoin d’être parfaitement bilingue pour suivre.
Et les musiques, on n’en n’a même pas parlé. Il y a un petit décalage de qualité entre les musiques des cinématiques, qui collent complètement aux films du genre, et celles des phases de jeu, qui maintiennent discrètement la tentions mais qui sont carrément moins remarquables. Le jeu à tout de même une patte sonore reconnaissable et de superbe qualité pour l’époque.

Sowilo
Admin

Messages : 91

Voir le profil de l'utilisateur http://sowilo.unblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum